1. Inflammation cutanée aigüe et chronique : Etude des relations cellules immunitaires et kératinocytes

Depuis 2002, nous avons montré que les kératinocytes sont des cibles très réactives des cytokines. Nous avons été les premiers à décrire les activités proinflammatoires de l’IL-22, l’IL-17A et de l’oncostatine M sur les kératinocytes. Ainsi nous étudions leur implication dans l’inflammation cutanée aigüe pendant la cicatrisation normale ou dans l’inflammation chronique observée dans le psoriasis, la dermatite atopique ou les pathologies de la cicatrisation. Nous avons identifié des profils de production de cytokines caractéristiques de ces conditions inflammatoires et des combinaisons de cytokines synergiques particulièrement actives sur les kératinocytes, permettant d’obtenir in vitro des épidermes inflammatoires humains ou murins mimant les caractéristiques phénotypiques du psoriasis, de la dermatite atopique ou de l’angiodermite nécrotique.

Nous avons également mis en place des modèles murins de psoriasis et analysé les rôles respectifs de plusieurs cytokines parmi lesquelles l’IL-1, l’IL-36 et l’oncostatine M. Nous étudions aussi la composante systémique du psoriasis en étudiant l’interrelation entre le foie et la peau dans nos modèles murins de dermatite psoriasiforme chronique et dans les cohortes de patients psoriasiques.

Enfin, compte tenu des liens étroits entre cytokines, inflammation et cancer, nous tentons de comprendre, à l’aide de modèles cellulaires in vitro et de modèles animaux, par quels mécanismes les cytokines pourraient influencer le développement tumoral cutané.

Recherche

Menu principal

Haut de page